FAQ

Les questions que vous vous posez

L'ostéopathie

  • Qu'est ce que l'ostéopathie ?

    L’ostéopathie est une technique exclusivement manuelle prodiguant des soins indolores, complémentaire de la médecine générale ou allopathique. Elle fait partie des médecines dites alternatives.

    L’ostéopathie détermine et traite les restrictions de mobilité engendrant des problèmes médicaux fonctionnels affectant l’ensemble du corps (les muscles, les aponévroses, les ligaments, les os, les viscères, les nerfs, les fascias…).

  • Qui peut consulter un ostéopathe ?

    Toute personne peut consulter un ostéopathe: du nourrisson à l’adulte de tout âge, les femmes enceintes et les sportifs amateurs ou professionnels. J’ai reçu une formation complète me permettant d’adapter la prise en charge à chaque patient.

  • Pour quelles douleurs ou symptômes consulter un ostéopathe ?

    L’ostéopathe intervient dans deux types de traitements, curatif pour des troubles ponctuels aigus ou chroniques, et préventif une à deux fois par an selon les patients et leur pathologie.

    L’ostéopathe traite les troubles orthopédiques et locomoteurs (entorse, tendinite, lumbago, torticolis), les dysfonctions neurologiques (névralgie cervico-brachiale, sciatique, cruralgie, névralgie d’Arnold), les maux de l’appareil digestif (colopathie fonctionnel, constipation, reflux gastro-œsophagiens), et les atteintes du système ORL (maux de tête, migraines, sinusite, angines, otites à répétition). (Liste non exhaustive)

  • Pourquoi j'ai mal / pourquoi je me suis coincé ?

    Dès la naissance, nous accumulons des contraintes de l’environnement extérieur et émotionnelles: accouchement, croissance, chutes, entorses, appareil dentaire, fractures, accidents, agressions, stress, fatigue, mauvaises positions au sport ou au travail. Nous accumulons les désordres physiques et émotionnels et nous mettons en place des compensations pour palier aux douleurs. Des restrictions de mobilité se créent et les douleurs ou blocages apparaissent.

  • Qu'apporte l'ostéopathie à la médecine allopathique ou générale ?

    Le médecin prescrit des médicaments qui vont soulager les douleurs ressenties (anti-douleurs, anti-inflammatoires, décontractant musculaire, anti-acides…). En ostéopathie, le bilan ostéopathique permettra de déterminer les causes des douleurs, et les traitements manuels d’éradiquer les causes et de soulager les douleurs sur le long terme. L’ostéopathe essaye de définir ce qui peut engendrer les maux et les blocages, les traite, et vous conseille afin d’éviter de les réitérer.

La consultation

  • Quelles sont les techniques de traitements employées ?

    Le traitement permettra de retrouver des mouvements physiologiques (de bonne amplitude et dans le bon axe), une bonne circulation sanguine, et d’ôter les tensions et compressions tissulaires. Ces techniques seront utilisées ou non en fonction des tissus du patient, du ressenti du thérapeute, des facilités du patient, des indications ou contre-indications rencontrées. Les différents types de traitements ostéopathiques utilisés au cabinet sont le traitement par un déroulé fonctionnel, les techniques myotensives, les approches crâniennes, viscérale et faciales.

  • Est-ce-que les traitements font mal ?

    Le traitement fait appel à des techniques indolores et adaptées à chaque patient pour harmoniser l’ensemble du corps et restaurer l’équilibre physiologique. Ces techniques s’appliquent à la mobilité propre de chaque région du corps du patient en accord avec sa morphologie, la ou les zones à traiter, et selon les contre-indications rencontrées ou non.

  • Combien ça coûte ?

    La consultation au cabinet s’élève à 70 euros. Elle est effectuée par une ostéopathe D.O. exclusive, agréée par le Ministère de la santé, ayant suivi une formation très complète au Collège Ostéopathique Européen. D.O. est le label certifiant une formation complète et sérieuse en ostéopathie.

  • Est ce que la consultation en ostéopathie est remboursée par la mutuelle ?

    Les mutuelles (pour une grande majorité) prennent en charge le remboursement de la consultation d’ostéopathie, entièrement ou pour la moitié selon votre forfait, 2 à 4 fois par an le plus souvent. Vous pouvez consulter la liste des mutuelles remboursant les consultations d’ostéopathie, ou renseignez vous auprès de votre conseillé. http://www.osteopathie.org/mutuelles.html.

    Il n’est pas nécessaire d’avoir une ordonnance pour consulter et se faire rembourser une séance en ostéopathie.

  • Quand faut-il consulter un ostéopathe / combien de fois par an ?

    L’ostéopathe a rôle curatif, en cas de douleurs aigües ou chroniques, mais il a aussi un rôle préventif afin d’éviter les éventuels maux ou blocages comme les lumbagos. Il est parfois nécessaire de consulter lors de 2 ou 3 séances pour traiter les douleurs aigües ou les blocages. A titre préventif, il est intéressant de consulter deux fois par an selon les patients, leurs activités et leur pathologie.

  • Comment optimiser la séance après une visite chez le praticien ?

    Veillez à bien écouter les conseils prodigués par l’ostéopathe : ne pas pratiquer d’activité physique (sport, port de charges lourdes, jardinage…) pendant 48 h après la séance, boire beaucoup d’eau, mettre du chaud si des tiraillements sont ressentis après la séance, et se reposer.

L'ostéopathie pour femmes enceintes

Les changements hormonaux et morphologiques :

Au cours de leur grossesse, les femmes connaissent de nombreux changements hormonaux et morphologiques.

Le changement hormonal donne au corps de la femme les moyens s’adapter aux mutations morphologiques et aux nouveaux besoins.

Pendant la grossesse, la prolactine permet la modification des seins au vu de l’allaitement et la distension des ligaments pour permettre l’ouverture du bassin, et l’ocytocine permet ensuite de déclencher l’accouchement. Une nouvelle hormone fait également sont apparition : la HCG (Hormone chorionique gonadotrope), secrétée par l’embryon dès la conception.D’un point de vue morphologique, les seins prennent du volume, l’utérus grossit ce qui augmente le volume du ventre, engendrant  parfois une prise de poids additionnelle à celle du fœtus (et possibilité de rétention d’eau). Le bassin s’élargit aussi pour faciliter le passage du bébé. Le manque d’activité physique dû à la grossesse et ses contraintes diminue également le tonus musculaire, provoque de la fatigue et crée de mauvaises positions.

Symptômes fréquents lors d’une grossesse et pouvant nécessiter de consulter un ostéopathe :

Au début de la grossesse, des nausées et/ou vomissements peuvent survenir, puis des symptômes tels que la constipation, les hémorroïdes, les douleurs costales, les lombalgies et sciatiques ou cruralgies, des douleurs à l’aisne ou au coccyx, et une sensation d’oppression. Certaines femmes sont aussi sujettes à l’hypersalivation (sécrétion excessive de salive surtout lors du premier trimestre).

Le but de l’ostéopathe sera de redonner une pleine mobilité à l’ensemble du corps afin d’éviter les tensions ou contractures musculaires, ou éviter que les vaisseaux soient écrasés ce qui favoriserait une mauvaise circulation sanguine ou lymphatique, et éviter que les nerfs soient irrités et sensibles.

L’ostéopathe utilisera des techniques tout à fait adaptées à la future maman et son bébé donc pas de techniques structurelles (où l’on fait « craquer »). Il travaillera tout en douceur. Les séances sont souvent plus courtes car le travail ostéopathique est plus rapide du fait du changement hormonal et pour ne pas trop fatiguer la maman.

Quand faut-il consulter un ostéopathe ?

Il est préférable de consulter régulièrement en ostéopathie, en prévention afin d’éviter des maux, ou dès lors qu’un des symptômes précédemment cités apparaissent.

Attention, les séances d’ostéopathie ne remplacent pas le suivi médical par votre gynécologue ou obstétricien. Dans certains cas, un col effacé prématurément (ouverture prématurée du col), des contractions excessives, contre-indiquent la pratique de l’ostéopathie. Il est important de communiquer à l’ostéopathe toutes les éventuelles pathologies.

3 à 4 semaines avant la date définie du terme, il est intéressant de faire une séance d’ostéopathie qui permettra de vérifier qu’il n’y a pas de blocages et permettra de libérer tous les espaces tissulaires afin de s’assurer que l’accouchement se déroule le plus simplement possible.  Cette séance ne dispense pas des séances de préparation à l’accouchement données par les sages femmes.

Après l’accouchement :

En règle générale, il est préférable d’attendre le retour de couche (le retour des menstruations) pour consulter en ostéopathie, le travail sera d’autant plus facile et rapide pendant la phase de modification hormonale. La séance aura pour but d’aider le corps de la femme à retrouver une bonne harmonie sans contraintes et sans séquelles (provoqués par l’accouchement et la grossesse).

Dans quelques cas, les suites de l’accouchement peuvent être douloureuses: douleurs au coccyx, dans les bras (dues aux poussées), des difficultés pour marcher… Il est alors conseillé de consulter sans trop tarder afin de récupérer au mieux et au plus vite, et pouvoir s’occuper de son enfants le plus sereinement possible.

Si une césarienne a été pratiquée, il faut attendre la cicatrisation pour consulter, soit 3 à 4 semaines. Mais selon la localisation des douleurs, la zone de la cicatrice peut être exclue (aucun travail en ostéopathie ne sera exercé à proximité de cette zone). Il en est de même pour les cicatrices d’épisiotomie.

Les séances d’ostéopathie post accouchement ne dispensent pas des séances de rééducations périnéales ou abdominales qui sont essentielles et à pratiquer chez un kinésithérapeute.

Difficultés à concevoir, infertilités :

Certains couples ont des difficultés à concevoir. Il faut alors consulter des spécialistes en fertilité afin d’identifier s’il existe ou non des causes médicales provoquant cette infertilité chez l’homme ou chez la femme.

Quelques fois, aucune cause médicale n’est trouvée. Il peut alors s’agir de dysfonctionnements ostéopathiques perturbant la conduction hormonale, le flux sanguin, ou la nidation de l’embryon. Des vaisseaux ou des nerfs coincés peuvent favoriser un mauvais acheminement des hormones et donc de la croissance des ovocytes ou de l’endomètre et une dysfonctions des ovaires. Un bassin en perte de mobilité et comprimé empêcherait la bonne nidation et la croissance de l’utérus nécessaire à la fécondation.

Des femmes souffrent de dyspareunies (douleurs du périnée, du vagin ou du bas ventre lors des rapports sexuels) les empêchant de pouvoir procréer. Ces douleurs peuvent être traitées en ostéopathie.

En savoir plus sur Carine Lejetté Ostéopathe D.O.

L’ostéopathie est une médecine alternative, dit aussi médecine douce. Cette thérapie manuelle consiste à rééquilibrer l’ensemble du corps et à enlever toutes les tensions et contractures accumulées au cours de la vie, au quotidien: les traumatismes, même minimes (chutes sur les fesses, ou accident…), les mauvaises positions (au bureau, mauvaise literie…), les tensions émotionnelles (stress …). Cela en fait une médecine holistique (qui s’intéresse à la globalité du corps et du patient). C’est une thérapie curative et préventive. Vous pouvez venir pour des douleurs (douleurs articulaires par exemple), ou régulièrement (tous les 6 mois, à adapter selon les patients et leurs habitudes) avant d’avoir mal et de se bloquer.

L’ostéopathe détermine par l’observation, la palpation et des tests de mobilités les zones en restriction et utilise divers types de manipulations comme le thrust (ostéopathie structurelle), le déroulé fonctionnel, les techniques myotensives, les points de pression.

Il existe des ostéopathes du sport, pour les sportifs de haut niveau ou pour les plus amateurs, pour les femmes enceintes, pour les nourrissons ou les enfants et adolescents.

Les pathologies les plus courantes indiquant une prise en charge en ostéopathie sont les troubles musculo-squelettiques: lumbagos/lombalgies (forte contracture du bas dos, douleurs lombaires, mal de dos), les sciatiques et cruralgies, les torticolis/cervicalgies (douleurs des cervicales). Mais vous pouvez également consulter pour des maux de tête et migraines, des troubles ORL à répétition, du bruxisme, des névralgies cervico-brachiales, des troubles de la digestion, des tendinites, suite à des entorses… Et non, l’ostéopathe n’intervient pas que sur les pathologies vertébrales ou sur les os!

En ostéopathie pédiatrique, il est interessant de consulter au cours du premier mois de vie, car ils peuvent souffrir de torticolis, de plagiocéphalie, de troubles de la succion, de problèmes de canaux lacrymaux bouchés, de tensions viscérales, pour les bébés très agités et stressés… Plus la prise en charge sera tôt, plus il sera facile d’éradiquer les désordres possibles accumulés au cours de la grossesse ( de moins en moins de place dans le ventre), lors de l’accouchement (utilisation de forceps, ventouses, césariennes…)

Je suis ostéopathe exclusif, c’est-à-dire que je ne pratique que l’ostéopathie. J’ai fait une formation agréée par la Ministère de la santé. Et j’ai suivi une formation complémentaire de posturologue qui consiste à savoir si votre posture n’est soumise qu’à des tensions et contractures accumulées, ou si la position de vos pieds, le mouvements de vos yeux , l’occlusion de vos mâchoires, d’éventuelles cicatrices, ou des réflexes archaïques mal intégrés … engendrent également un désordre dans le maintien de votre posture. Dans ce cas, il m’est parfois possible de vous orienter vers un masseur-kinésithérapeute, un orthoptiste, une podologue, ou un dentiste. Je consulte au cabinet, sur rendez-vous. Il faut compter entre 45 et 60 minutes. Je manipule principalement avec des techniques tissulaires, douces, sans brutalité, plus efficaces et plus appréciées des patients (sans thrust). Je pratique également l’ostéopathie crânienne, indispensable à la bonne prise en charge globale du corps.

L’ostéopathie a été reconnue en France en 2002 par l’Ordre des médecins. Des nombreux décrets et règlementations ont été mis en place afin d’assurer une bonne formation des ostéopathes et une prise en charge sérieuse des patients par ces derniers. Les écoles ont reçu des agréments et sont contrôlées régulièrement. Il existe des formations initiales pour les étudiants après baccalauréat, pendant 5 ans. On y étudie l’anatomie, la physiologie, la biomécanique, la biologie, la sémiologie, et beaucoup de pratique.